We are doomed... Or soon to be

août 21, 2020

Déjà ça commence avec ce titre (il m'a fallu en chercher plusieurs et j'en suis pas pleinement satisfait... Nous sommes foutu, on nous allons l'être, ou... J'en sais rien, c'est flou, c'est le bordel.


Cet article est très personnel, trop. Si vous voyez cet article, c'est que j'ai réussi à le publier, ce qui sera déjà un exploit en soi… Donc si vous êtes juste là pour me casser du sucre sur le dos, vous foutre de moi ou même simplement vous aimez mes articles pour leur côté technique, faites demi-tour.

Tigrou, demi tour


Comme Ă©crit plus haut : c'est le bordel !

En fait je ne parle pas de moi, pas du métier d'informaticien mais d'une manière général de mon ressenti sur le monde lui-même. Pour moi nous sommes foutus, tout est foutu. Économiquement, écologiquement, socialement, nutritionnellement parlant, c'est foutu. Le tout bien entendu agrémenté d'une pointe d'extrémiste et d'imposteur moralisateur.

Économiquement, we are doomed

Bon, ça va pas être le plus compliqué à expliquer. 50% des richesses sont possédées par 1% de la population sur terre, la recherche du plus petit bénéfice passe maintenant avant de l'aide (comme préférer revendre ses affairés inutilisés (acheté pour 3 sous à l'époque) sur Vinted plutôt que les donner. N'importe où vous allez, quelqu'un dans la galère vous demandera de l'argent. Des grosses associations également (combien de fois je me fais démarcher par GreenPeace, la Ligue contre le cancer, etc. Chaque fois que je vais au boulot ?). Les métiers les plus importants sont les moins payés. La santé est bradée. Avoir son lopin de terre est maintenant un luxe. Aller de Nantes à Lyon à deux en train se révèle très onéreux.
À côté de ça, des patrons gagnent des milliers d'euros alors qu'ils ne produisent pas plus de valeurs que ses salariers (techniciens, hôtes de caisse…) (Pareil avec des commerciaux qui touchent bien plus que des techs mais bon...). Il y a aussi des gens qui "financent" une entreprise (un actionnaire) cherche maintenant à ne pas avoir de perte alors que les dividendes sont là justement parce qu'ils prennent des risques. Des personnes gagnent à cause d'une crise sanitaire en 3 mois ce que 20 personnes gagneront en toute une vie. En fait le monde tourne pas rond, pas de façon équitable et égalitaire même.

Mais l'économie n'est pas que ce que chacun touche, c'est aussi ce que chacun dépense... Tout augmente mais les salaires bougent à peine. Au final le coût de la vie augmente de 1,5% (https://www.insee.fr/fr/statistiques/4299532) les salaires ne suivent pas et à côté de ça les aides sociales (j'entends par là la retraite, l'assurance maladie, chômage...) s'amenuisent petit à petit.

L'économie c'est aussi l'aberration du flux tendu nécessitant des cadences de fou furieux imposées à l'employé pour économiser quelques sous. De la publicité qui s'installe partout et ne rapporte plus rien sauf à JCDecaux. La publicité en ligne aussi qui dessert l'utilisateur (ralentissement de la page, revente d'information…) et dont le prix écologique (j'en reparlerai) est atrocement élevé. La publicité qui pousse chacun à acheter des trucs pas forcément utile et forcément plus cher à cause des campagnes publicitaires, campagnes qui bien sûr ne sont que très rarement pas réducteur envers un genre humain ou l'humain en général (ils nous prennent pour des cons).

Au final les gens semblent s'en contenter, par dépit ou par confort… Chacun touche ce qu'il doit toucher, malgré la difficulté grandissante du travail (cadence plus élevé chez Amazon, Renault, réduction du nombre de postes pour le même nombre de tâches voire plus de tâches, augmentation du nombre de burnout (selon le bouche à oreille) pour au final n'avoir aucune gratitude dans son travail…), tant qu'ils ont les miettes pour vivre "correctement" voire survivre "dignement". Et ceux qui ne peuvent pas vivre correctement ne peuvent rien dire, ne sont que trop peu médiatisés ou juste épuisés.

Alors je dis par dépit car oui, les gens ont cherché à bouger, mais entre l'impression d'être la goutte d'eau qui veut battre l'océan, la masse sociale ou même certaines personnes (j'hésite entre bobos ou extrémistes) qui, quoique tu fasses, ça ne sera jamais assez bien pour eux et bien ça décourage et on a envie de se conforter dans une zone de confort un peu inconfortable mais bon…
Par dépit aussi, car la menace de perdre son emploi et donc de ne plus pouvoir boire, manger, avoir un toit sur la tête, vivre en somme, terrorise. C'est d'ailleurs un argument phare contre tout métier inutile ou super polluant : ça fait de l'emploi. Donc moins de gens meurent de faim ou il n'y a pas 1,3 millions de chômeurs. Et le chômage t'y peut rien mais c'est de ta faute si tu ne les aides pas. Ce n'est pas de la faute des entreprises qui ont délocalisé à l'étranger.

Écologiquement, we are doomed

Vous n'êtes pas sans savoir que la Terre va mal, le réchauffement climatique s'accélère et prend des proportions énormes. Des gens essayent de changer cela, agissent en conséquence (0 déchet, agriculture locale…) et c'est super !
Mais c'est accessible qu'à une petite partie des gens car cela a un coût, que cela soit en temps ou en argent (à pondérer bien sûr avec le nombre de personnes dans le ménage), et une personne qui travaile 48h/semaine pour nourrir sa famille et aider ses parents (et il y en a énormément) et qui se voit dans l'obligation d'aller chez Leader Price (c'est encore plus bas de gamme que de l'Éco+), eh bien eux ne peuvent pas se permettre l'envie d'aller chez la boutique sans bocaux pour aller acheter sa farine locale.
Mais il y a aussi ceux qui veulent essayer et qui au final, au détour d'internet se retrouve à devoir faire énormément de choses et ne pas juste commencer à apprendre. Oui, vous savez le petit à petit ? Bah sur internet ça n'existe pas. Tu ne peux pas commencer petit à petit sinon autant ne rien faire. (Alors si c'est possible, mais faut outrepasser les grandes gueules et c'est pas le plus simple).
Et puis vous décidez d'acheter une voiture, car oui, vous habitez en campagne pour profiter d'un agriculteur local ou de votre lopin de terre mais y a plus de transport en commun (et le train ne dessert la gare la plus proche (15 minutes en voiture) que 4x/jour) et là c'est le carnage, car vous êtes un assassin dans un engin de mort, vous devez prendre le vélo ou le bus (en campagne ça n'existe pas hein) mais pas la voiture. Même si vous avez une malformation, eu un accident qui fait que votre genou (par exemple) vous est douloureux avec de gros efforts, dommage pour vous. (Même si bien sûr des personnes y arrive comme vivre avec mais c'est toujours plus compliqué que pour une personne sans problème).
Donc vous habitez en ville, subissez le bruit, vous n'avez pas de coin de verdure calme (non, les bords de l'Erdre c'est ultra bruyant !), mais là tout est horriblement cher, loyer, eau. Vous voulez sortir ? D'accord, mais économiquement c'est compliqué, écologiquement les restos gaspillent énormément, les bus après 21h bah y en a plus (Ha si, dans les 50 plus grandes villes de France, mais Laval par exemple après 21h c'est cuit…).
D'ailleurs, vous allez faire vos courses ? Bien, tout est emballé, présenté correctement sinon jeté car difforme, avec des aberrations (genre le prix à l'unité et non au poids qui poussent les gens à acheter le plus gros possible…). Préférez la petite boutique locale bio qui importe ses trucs d'Égypte car c'est plus biologique que la tomate sous serre locale (même si niveau écologique c'est pas la même).

Au final rien n'est bien mais c'est de ta faute, rien que de ta faute. Pas celle de l'entreprise qui s'est implantée perdue au milieu de la campagne que tu dois rejoindre (car t'as une formation après tout, compliqué de changer de métier en un claquement de doigt (et aussi pas envie)), ou celle qui se situe en plein cœur de Nantes. C'est de ta faute également si acheter bio c'est compliqué ou pas assez bien. Si acheter locale reste trop onéreux, si acheter suremballé c'est pas une option. Tout ça c'est de ta faute. Le réchauffement climatique aussi c'est de ta faute car tu roules à 110km pendant 2h 5 fois par semaine pour aller bosser. Car oui, décider d'avoir son lopin de terre et être au calme n'est pas en adéquation avec l'écologie. C'est de ta faute si tu prends pas le train. Ta faute si tu ne prends pas les transports en commun en campagne. Ta faute si tu habites en ville et que tu n'achètes pas bio.
C'est de ta faute si, quand tu vas sur internet, tu envoies un mail qui consomme comme une ampoule pendant 1h. Bah oui, les 25% des publicités, tracking (et donc calcul, test, recherche...) qui consomme énormément... Eh bien ce n'est pas de la faute de l'entreprise, mais la tienne !

Oui, ce n'est pas de la faute de la SNCF qui met des trains à 110€ le trajet qui en coute 3x moins en voiture.
Ce n'est pas non plus la faute de la région qui ne met pas en place des transports en commun viables pour la campagne ou les petites villes.
Ce n'est pas non plus de la faute du système actuel (ou gouvernement) de réguler les prix outrageusement bas ou de ne pas subventionner les agriculteurs locaux.
Ce n'est pas non plus de la faute des entreprises qui décident de droguer leurs produits (coucou le sucre dans le coca cola) et qui gaspille de l'eau à la pelle.
Ce n'est pas non plus de la faute des entreprises qui décident de mettre 3 emballages autour d'un bien que tu t'offres.
Ce n'est pas non plus de la faute des entreprises si elles génèrent 70% de la pollution.

Non, tout ça c'est de ta faute et bon nombre de personnes chercheront à te le rappeler.

Socialement, we are doomed

Ouaip, le social bah... Ça n'existe plus. À force de monter les un contre les autres à coup de peur et de racisme, à force de médiatiser la moindre connerie d'une personne qui aurait détourné les allocations chômages alors qu'on évite de médiatiser la personne qui à détourné plusieurs millions sur le dos du citoyen honnête… Et bien tout le monde finit par se méfier de tout le monde.
Et oui, chacun pense qu'aider son prochain c'est sacrifier son "confort" grâce à la médiatisation et les "on dit". Bah oui, toi qui n'agit pas, c'est de ta faute ! Tu donnes à la ligue contre le cancer et à action contre la faim ? Tu pourrais donner plus, c'est de ta faute.

Au final, le social a disparu pas que par non envie d'aider son prochain, mais pour toutes les autres raisons citées ci-dessus. Tu ne peux rien faire et si tu veux faire quelque chose c'est soit tu fais de l'extrémiste, soit rien, car tu auras toujours quelqu'un pour te le rappeler.


Tout ce qui vient d'être dit n'est qu'un reflet déformé de la réalité telle que je la vois. Tout ça est dans ma tête ou non, vous y adhérez ou non.
Aujourd'hui je tente de faire ce que je peux mais à mon niveau et déjà on me le rappelle que c'est pas assez.

Photo by Elijah O'Donnell on Unsplash

Dryusdan

Bidouilleur le jour et administrateur système la nuit (ou l'inverse, c'est comme vous voulez), j'écris entre deux pannes ou amélioration des morceaux de ma passion que je vis à fond.

Super ! Vous vous êtes inscrit avec succès.
Super ! Effectuez le paiement pour obtenir l'accès complet.
Bon retour parmi nous ! Vous vous êtes connecté avec succès.
Parfait ! Votre compte est entièrement activé, vous avez désormais accès à tout le contenu.